Archive for mai 3rd, 2017

vivre-sans-petrole-plaidoyer-en-faveur-des-ressources-vegetales

Auteur :  Bertrand Bernard

Editeur : Plume de Carotte

Notre société est celle du pétrole, depuis l’essence jusqu’à tous ses dérivés plastique. Notre vie est ainsi remplie d’objets issus de cette ressource énergétique. Mais que se passera-t-il quand les stocks seront épuisés ? Cela paraît inimaginable aujourd’hui, mais il y a à peine 80 ans, les sacs et les emballages étaient en vannerie, les vêtements étaient essentiellement tissés en chanvre, en lin ou en coton, les couverts étaient en bois, les jouets étaient fabriqués avec les éléments de la flore locale, et même les tétines de biberon n’étaient pas en plastique ! La ressource végétale était alors indispensable dans la vie de tous les jours et, en plus d’être renouvelable et locale, elle était - et est toujours - à la disposition de chacun.

Ortie, hêtre, bambou, jonc, saponaire, roseau, coton, hévéa, merisier… découvrez comment ces végétaux nous ont donné le meilleur d’eux-mêmes et nous ont permis pendant des millénaires de vivre sans pétrole. De quoi réfléchir pour l’avenir ! More …

hodler-monet-munch

Auteur : Fondation Pierre Gianadda

Editeur : Gianadda

04 février - 11 juin 2017

Tous les jours de 10h à 18h

En principe conférences tous les mercredi soirs (sauf les mercredi 3 et 24 mai, concerts).

Prochaines visites commentées nocturne :

Mercredi 26 avril à 20h. par Martha Degiacomi

pas de visite le mercredi 3 mai (concert)

Mercredi 10 mai à 20h.

Mercredi 17 mai à 20h. par Martha Degiacomi

Prochain concert :

Mercredi 3 mai 2017 à 20h

Béatrice Berrut, piano

Philippe Bach, direction

Berner Kammerorchester

Prix des places : CHF. 30.- à 120.-

Réservation au 027/722.39.78

Par-delà les clivages de l’histoire de l’art, l’exposition Hodler, Monet, Munch. Peindre l’impossible réunit pour la première fois ces trois artistes : le Suisse Ferdinand Hodler (1853-1918), le Français Claude Monet (1840-1926) et le Norvégien Edvard Munch (1863-1944). S’ils n’appartiennent pas aux mêmes courants créatifs et ne se sont jamais rencontrés, il n’en existe pas moins des liens entre eux. Leurs œuvres s’accomplissent durant le demi-siècle de la modernité : expansion du capitalisme, développement des transports qui permettent de parcourir le monde… Au plan des arts, cette période voit naître un espace européen ouvert aux circulations et aux échanges. Ces mutations techniques, politiques et sociétales influent sur leur mode de vie et leurs pratiques artistiques. Tous trois voyageurs, ils découvrent des lieux et des motifs auxquels, cinquante ans plus tôt, ils n’auraient pu accéder. Monet se rend plusieurs fois à Londres, sur la côte méditerranéenne, à Belle-Île et jusqu’en Norvège. Hodler séjourne à Munich, à Paris, en Italie, en Espagne. Munch, le plus « nomade » des trois, se déplace très souvent entre les pays scandinaves, l’Allemagne, l’Italie et la France. More …