Archive for mai 10th, 2017

sur-les-monts-du-caucase

Auteur :  Hilarion Domratchev

Editeur : des  Syrtes

On sait peu de choses de la vie du moine Hilarion (Domratchev) : il naquit vers 1845 dans la région de Viatka, fut enseignant avant de partir pour l’Athos où il vécut plus de vingt ans au monastère russe de Saint-Pantéléimon. Dans les années 1880, il sen fut au Caucase, où on le rattacha au monastère Saint-Simon-le-Cananéen du Nouvel Athos. Dans ce livre, il narre sa rencontre avec un ermite du Caucase, qui lui enseigna la Prière de jésus.

L’ouvrage est un classique de la littérature orthodoxe, qui su- cita de nombreuses vocations. “Ce livre, écrit avec l’aide de Dieu, n’a qu’un but : expliquer aussi complètement que possible en quoi consiste la Prière de jésus, elle qui, suivant l’enseignement unanime des saints Pères, est la racine et le fondement en même temps que le sommet et la perfection de la vie spirituelle. Toute l’insistance de nos paroles ne vise qu’à cela.

Nous mettons toujours cette Prière au-dessus de toutes les autres vertus, dont aucune ne légale lorsque la Prière atteint les degrés les plus élevés.” Dans la lignée des Récits d’un pèlerin russe, cet ouvrage offre une excellente introduction à la Philocalie des Pères neptiques. Il dresse le portrait d’une nature exubérante, de moines retirés du monde par amour de la solitude en Dieu et de la Prière de jésus.

Il résume à lui seul un aspect méconnu mais essentiel de la religion orthodoxe. More …

# EIPA – CONFRONTATIONS / Relever les déluges

Posted by AT on Mercredi 10 mai 2017

relever-les-deluges

Auteur :  David Bosc

Editeur : Verdier

Un enfant intouchable auquel, en 1201, on fait l’infamant cadeau de la liberté (car personne n’en veut, à cette heure, et le mot lui-même ne fait rêver que les fous). Frédéric de Hohenstaufen a huit ans, il court les rues de Palerme, ville arabo-normande : on y aimait tant les différences qu’on en inventait quand, faute de vent, il en venait moins.

Honoré Mirabel, valet de ferme à Saint-Jean-du-Désert, affabule la découverte d’un trésor. Après avoir échappé au tremblement de terre de 1708, à Manosque, puis à la grande peste de 1720, il veut éprouver s’il est possible d’échapper aussi à sa condition - et de jouir, comme il imagine que d’autres le font, du passage du temps.

« Moi, j’ai toujours été pour l’égalité », dit Miguel Samper, un maçon d’Arganda, et il part. C’est l’été de 1936. Il va s’enrôler à Madrid et rejoint le front du côté de Tolède. En permission à Valence, il ouvre les yeux sur la crapulerie des appareils et déserte. Mais il garde au cœur l’idée qu’il faut se battre pour les copains, pour le matin du monde. More …