Archive for février 15th, 2019

bx-lescure-80-ans-de28099histoires-de-sports-et-de28099evenements

Auteurs : Laurent Brun, Julien Bée

Editeur : Sud Ouest

1938 : le Stade Municipal, magnifique monument Art Déco, est inauguré par un tonitruant Brésil-Tchécoslovaquie.

Le Stade continue aujourd’hui de vivre à travers les rencontres de l’Union Bordeaux Bègles (U.B.B.) et la pratique d’autres disciplines.

Entretemps, il a vécu des compétitions et des évènements inoubliables. Il fait partie intégrante de la mémoire collective des Bordelais.

Matchs des Girondins de Bordeaux et de l’Équipe de France, rugby à XIII et à XV, avec là aussi des matchs de Coupe du Monde, des finales nationales ou internationales, du handball au cyclisme, de la gymnastique, de l’athlétisme, du hockey sur gazon, du pa More …

bx-les-dames-du-baroque-femmes-peintres-dans-litalie-du-xvieme-et-xviieme-siecle

Auteur : Alain Tapié, Francesco Solinas, Valentine De Beir

Editeur : Snoeck

Le Musée des Beaux-Arts de Gand a choisi d’explorer le rôle déterminant joué par des femmes dans la pratique de la peinture de 1580 à 1680, entre l’automne de la Renaissance et la naissance du Baroque. Dans la rhétorique de cet art, dans l’Italie de la Contre-Réforme, de Venise à Rome, à Florence, Naples et Bologne, l’observation de la peinture des femmes et leurs manières offrent une certaine unité dans l’esprit de composition dont il conviendra de dégager les marques au sein de l’esthétique baroque. Souvent, un même profil artistique réunit ces femmes qui ont fait de la peinture leur métier, premier geste de transgression hors des maîtres d’atelier. Les usages et les règles apparemment adoptés sont subtilement contournés par des audaces ou des bonheurs d’invention et d’expression. Parmi nos héroïnes, la figure d’Artemisia Gentileschi (1593-1652) domine, son art rivalise directement avec celui des hommes et sa réussite conduit à la transgression de sa catégorie sociale, exemple d’une lutte contre l’autorité et la puissance artistique paternelle, contre le confinement réservé aux femmes. Mais Artemisia ne fut pas la seule à affirmer la pensée et le geste de ce « peindre au féminin ». Ce projet nous a porté à mieux comprendre le travail de la Signora, pour mieux se rapporter au contexte qui fut celui de ces artistes femmes depuis Sofonisba Anguissola (1532-1625), Lavinia Fontana (1552-1614), Fede Galizia (1578-1630), Orsola Maddalena Caccia (1596-1676), Giovanna Garzoni (1600-1670), Virginia da Vezzo (1601-1638) jusqu’à Elisabetta Sirani (1638-1665). Elles étaient filles, femmes ou sœurs de peintres le plus souvent, parfois religieuses. La complexité dans l’appréciation de ce « peindre au féminin », au cœur d’une poétique picturale communément partagée i More …