faut-il-juger-george-bush

par Reed BRODY

Introduction de Jean-Paul MARTHOZ

ANDRE VERSAILLE

Quelle attitude adopter face à des chefs d’État de pays démocratiques qui violent des droits humains fondamentaux et pratiquent la torture ?

À partir du rapport de Human Rights Watch sur l’administration Bush (dont on trouvera ici l’essentiel), ce livre invite à un large débat sur la nécessité pour les démocraties confrontées aux défis du terrorisme de se distinguer des régimes autoritaires par les moyens qu’elles utilisent et par la place qu’elles accordent au respect du droit et à la lutte contre l’impunité.

LA CRITIQUE DU MONDE DIPLOMATIQUE :

« Avérés, les crimes perpétrés dans la prison d’Abou Ghraib et les violations des droits humains à Guantánamo n’ont entraîné que peu de poursuites judiciaires.

Des soldats ont certes été sanctionnés, mais qu’en est-il des responsables politiques qui ont couvert ces actes ?

Le président américain George W. Bush n’a-t-il pas publiquement justifié la pratique de la torture par les soldats américains ?

Alors que les Nations unies ont lancé des opérations militaires en Libye et en Côte d’Ivoire au nom du droit humanitaire, l’inaction de la justice internationale est quasi totale dans le cas des crimes commis en Irak. L’organisation non gouvernementale Human Rights Watch a donc publié plusieurs rapports, auxquels Reed Brody a participé. Le juriste y plaide pour que des enquêtes sérieuses soient menées aux Etats-Unis sur les responsabilités de la haute administration.

Il souligne les pouvoirs dont disposent à cette fin, démocratique, le président Barack Obama et le Congrès. Selon lui, la gravité des faits interroge les démocraties : la fin justifie-t-elle les moyens ? Il invite les tribunaux du monde entier à lancer des procédures contre le président Bush. »

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/12/ROBERT/47079

Reed Brody conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch, est l’auteur de quatre rapports sur le traitement des prisonniers par les États-Unis depuis le 11 septembre 2001. « Chasseur de dictateurs », il défend les victimes d’Hissène Habré (Tchad) et de Jean-Claude Duvalier (Haïti).

Jean-Paul Marthoz est professeur de journalisme et chroniqueur au Soir (Bruxelles), auteur de « L’éthique de la dissidence. Morale et politique étrangère aux États-Unis» (2010).

André Versaille éditeur - GRIP, Bruxelles, 2011, 126 pages, 9,90 euros.

ISBN-10: 2874951633

ISBN-13: 978-2874951633

Comments are closed.