EIPA – CONFRONTATIONS / LIVRES D’ART / BUREN N. ED.

Posted by AT on Lundi 13 août 2012


buren-flammarion-cft-03-e-cft-02-g-ilcmc-03-c-ilcmc-06-b

By Guy Lelong

Coédition CNAP/Flammarion


Daniel Buren est certainement l’artiste français le plus connu grâce aux fameuses colonnes éponymes du Palais Royal. Il est l’artiste invité au Grand Palais pour la prochaine manifestation ” Monumenta ” qui a débuté le 9 mai 2012. A cette occasion la monographie publiée en 2001 de Guy Lelong se voit mise à jour, augmentée de 40 pages avec un changement de format et de maquette.

Le Centre national des arts plastiques et les éditions Flammarion proposent une nouvelle édition de Daniel Buren par Guy Lelong pour la collection « Nouvelle Création contemporaine ». Cette collection a pour vocation de faire connaître l’œuvre des artistes contemporains français et étrangers, ainsi que les différents aspects et courants des arts graphiques et plastiques d’aujourd’hui.

Cette monographie de référence, compte plus de 200 reproductions. L’auteur analyse avec précision les oeuvres les plus significatives de l’artiste, de ses premières peintures sur

tissu rayé à l’exposition Excentrique(s), travail in situ réalisé pour Monumenta 2012.

L’épilogue ajouté à cette réédition présente, parmi les oeuvres que Daniel Buren a réalisées au cours de la dernière décennie, celles dont la dimension est à l’échelle des architectures qu’elles investissent. Car la dimension de plus en plus architecturale du travail de Daniel Buren est l’un des traits marquants de son évolution actuelle.

Ce nouveau chapitre s’organise autour de cinq grandes expositions :

Le Musée qui n’existait pas (Centre Pompidou, 2002),

The Eye of the Storm ou L’oil du cyclone (Guggenheim Museum, New York, 2005),

Plus grand ou plus petit que ? (Château de Tours, 2005),

La Coupure (musée Picasso, 2008)

et la Monumenta de 2012.

Ces grands dispositifs se caractérisent aussi par les montages de jeux visuels qu’ils proposent, consistant à diffuser la couleur dans l’espace par projections et reflets. Une partie conclusive place la démarche générale de Daniel Buren dans une perspective artistique plus large, au-delà des seuls arts visuels.

REVUE DE PRESSE

Avec Libération (Paris, 10 mai 2012)

« Buren encercle le Grand Palais », titre Sylvain Bourmeaupour Libé, qui présente Buren, l’invité 2012 de «Monumenta», au Grand Palais à Paris, qui « magnifie le monument parisien en déclinant lumières, rondeurs et couleurs ».

Extraits : « On entrait hier encore par la sortie. A moins de 48 heures de l’ouverture au public de «Monumenta 2012», la nef du Grand Palais était toujours en chantier. Le gigantesque espace traversé des stridences intermittentes de perceuses, les rayons de soleil inopinés venaient s’éclater dans les découpes de miroirs posés avec minutie par des ouvriers pressés. Daniel Buren au centre, gilet multipoches noir d’artiste sur combinaison blanche en papier de peintre en bâtiment. Affairé, heureux. Il y a trois ans, il a accepté de relever le défi : investir le plus grand lieu au monde mis chaque année à la disposition d’un plasticien.

Volume sompteux. D’emblée risqué, le pari s’avère chaque fois un peu plus délicat. Quelle solution trouver pour habiter ce volume somptueux. Et déjà incroyablement beau vide. Que faire après les autres ? Après les ruines d’Anselm Kiefer ? Après l’implacable verticalité de Richard Serra ? Après l’horizontalité frissonnante de Christian Boltanski ? Après le si gonflé, envahissant Anish Kapoor ? Comment s’installer dans cette espèce d’espace sans prétendre s’en emparer ni surtout l’embellir ou le décorer ?

Daniel Buren ne sait pas travailler autrement qu’en situation. Le plan a commandé, laissant apparaître la nature concentrique secrète de l’édifice. Ce seront donc des cercles. Autant qu’il en faudra pour emplir la surface. Problème mathématique classique. Multiples de quatre. Comme des cerceaux de tambour pour tendre des peaux de plastique de couleur (les quatre teintes disponibles pour ce produit industriel) et soutenus par des poteaux noir et blanc (de 8,7 centimètres de section, norme de fabrique de la rayure Buren) - 380 cercles pour les 380 000 m3 du Grand Palais. »

Article complet sur :

http://next.liberation.fr/arts/2012/05/08/buren-encercle-le-grand-palais_817321

Photos Raphaël Dautigny

Monumenta 2012 Du 10 mai au 21 juin, au Grand Palais (75008).

Rens. : www.grandpalais.fr

L’AUTEUR

Guy Lelong est écrivain, critique d’art et compositeur de musique contemporaine. Son dernier roman est intitulé Le Stade (introduit par une préface visuelle de Daniel Buren, éditions Les petits Matins, 2009).

L’OUVRAGE

Buren (Nouvelle édition)

Guy Lelong

Relié

240 pages

46 €

240 x 280 mm

Deux éditions : français et anglais

Parution 18 mai 2012

Editeur: FLAMMARION

ISBN: 9782081282452 (2081282453)

buren-flammarion-cft-03-e-cft-02-g-ilcmc-03-c-ilcmc-06-b-2

Comments are closed.