tem-posts-rp-medias-homo-mediaticus-2014-01-18-1tem-posts-rp-medias-homo-mediaticus-2014-01-18-2

Revue de Presse :

LIBÉRATION (Paris) titre sur « HOMO MEDIATICUS, TOUT EST MUE » et dresse avec humour et dérision les grandes tendances du PAF multimedia en France en 2014 …

Extraits :

« Hadopi, France Télévisions, Radio France, crise de la presse, séries, Web, jeux vidéo : «Libération» a ausculté de pied en cap les bouleversements de 2014.

A peine était-il installé en 2014 que, paf, l’Homo mediaticus subissait sa première transformation de l’année : l’annonce du rachat du Nouvel Observateur par le trio de propriétaires du Monde Bergé-Niel-Pigasse qui esquisse les contours d’un nouveau géant réunissant l’un des premiers quotidiens et le premier hebdo français, soit un profond bouleversement de la presse. »

LES HABITUDES DU PUBLIC

«  (…) Une véritable usine médiatique, notre gonze - ou gonzesse, évidemment -, turbinant jour et nuit. Selon les derniers chiffres de Médiamétrie, chaque jour, il regarde la télé pendant 3 h 46 et écoute la radio pendant 2 h 54. C’est beaucoup. Il passe 1 h 15 sur Internet (c’est pas beaucoup, mais c’est une moyenne sur les 80% d’internautes que compte la population française), en grande majorité à partir d’un ordinateur (79,3% en décembre contre 80,7% en octobre), mais aussi sur son smartphone ou sa tablette (ça monte : 20,8% en décembre contre 19,3% deux mois plus tôt) où, s’il continue de privilégier iOS, le système d’exploitation d’Apple (53,4%), c’est Chrome, le navigateur de Google, qui domine avec 30,6% des visites. Mobile ou pas, il file en priorité sur Google, checke ensuite son Facebook (comme le font 18 millions de ses compatriotes français chaque jour et 26 millions chaque mois) et file regarder des vidéos sur YouTube (le premier site d’info, celui du Figaro, arrive en 20e position). Il consulte 69 vidéos par mois environ (d’abord sur YouTube, puis sur Dailymotion, puis sur Wat, le portail vidéo de TF1). »

« En 2014, ces habitudes de consommation vont aller en augmentant, les unes (Internet) ne faisant toujours pas baisser les autres (la télé), ce qui fait que l’Homo mediaticus consacre de plus en plus de sa vie aux écrans et aux médias. «Ecrans & Médias» : oh, wait, mais c’est nous, ça ! Allez, on vous emmène en balade dans le 2014 médiatique, le futur qui vient. »

« FACEBOOK : POUCE EN BAS ? » INTERROGE LIBE …

« Dix ans déjà qu’on se poke, qu’on se like et qu’on se tague : thefacebook.com date du 3 février 2004. Aujourd’hui, le Web entier pense binaire (pouce en l’air, pouce en bas), la surveillance dépasse les bornes (le pistage de curseur est à l’étude) et la jeune génération préfère déjà les réseaux plus intimes, tels Line ou Snapchat, où elle ne risque pas de tomber sur ses parents. Mais vu l’ampleur du truc (1,2 milliard d’inscrits), le déclin obligé de Facebook prendra lui aussi une décennie. »

LA SERIE QUI CARTONNE :

« UN CŒUR QUI BAT POUR ‘GAME OF THRONES’ »

« (…) C’est peut-être la seule chose qui fait battre le petit cœur de notre Homo mediaticus en cette rentrée 2014 : le retour des rois, princesses et dragons de Game of Thrones, dont la diffusion de la saison 4  est prévue dès le 6 avril aux Etats-Unis, sur la chaîne à péage HBO. La série est plébiscitée par les fans du monde entier, et revendique son statut de série la plus téléchargée (illégalement) de tous les temps. Très attendu, le premier trailer de cette adaptation du Trône de fer de l’écrivain George R. R. Martin a été dévoilé dimanche. De cette bande-annonce, on ne peut prédire grand-chose, à part que le roi Joffrey promet d’être encore plus tête à claques que jamais (c’est possible), que Jaime Lannister, amputé lors de la saison 3, pourrait récupérer une nouvelle main (c’est possible aussi), et qu’un type non identifié se fait égorger (il ne sera sans doute pas le seul). »

« PAS LA FÊTE DU SLIP POUR LA PRESSE » :

LA CHUTE - iRREVERSIBLE ? - DE LA PRESSE-PAPIER

« L’Homo mediaticus n’a pas beaucoup lu la presse papier en 2013, qu’elle soit régionale, nationale, quotidienne ou magazine (entre 5 et 20 % de baisse des ventes par rapport à 2012). Les annonceurs aussi lui tournent le dos, avec des recettes publicitaires en diminution de 6 % à 10 %. Du coup, le secteur a annoncé plein de bonnes nouvelles pour 2014 : un plan social à 20 Minutes (13 postes supprimés), un autre à l’hebdo du groupe Le Monde, Courrier international (16 postes de titulaires et 27 postes de pigistes permanents), au Groupe Sud-Ouest (180 salariés), à l’Equipe (71), et à Nice-Matin (148). Ce dernier risque la cessation de paiement et la mise en redressement judiciaire s’il ne trouve pas un nouvel investisseur. Lagardère Active a mis en vente 10 de ses 39 magazines (Be, Première, Psychologies, Pariscope), qui fermeront faute de repreneurs. Au total, 350 postes sont concernés. En pleine restructuration, la messagerie Presstalis prévoit, elle, 450 départs d’ici 2015 (elle a déjà supprimé 500 postes en 2013). Victimes collatérales de la baisse des ventes au numéro, environ 800 points de vente de presse ont fermé en 2013. Une réforme de la rémunération des diffuseurs est actuellement à l’étude (…) »

« LE CSA MET UNE BALLE DANS LE GENOU D’HADOPI »

Libé revient sur le plus que contreversé Hadopi, le dispositif anti-piratage qui ressemble un peu trop au ‘1984′ d’Orwell : « 2014 sera-t-elle enfin l’année où disparaîtra l’entité Hadopi, combattue par le camp socialiste mais sagement laissée à sa place une fois les élections gagnées ? L’histoire touche à sa fin. Le ministère de la Culture présentera«prochainement» au Parlement un projet de loi «sur la création» à partir des conclusions du rapport Lescure. Elle préconisera notamment que soit transféré au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) le système de riposte graduée, amputé de sa menace ultime (la suspension de connexion internet pour les pirates). La «pédagogie», par mail puis lettre d’avertissement, reste au programme, peut-être enrichie d’une amende forfaitaire en guise de 3e étape. Et de Mireille Imbert-Quaretta, à l’Hadopi, le ministère attend des propositions pour lutter contre le «piratage commercial» - c’est-à-dire bloquer, filtrer ou couper les vivres des sites de téléchargement. On espère lire dans cette future loi au moins une idée non répressive. »

# EIPA - CONFRONTATIONS

Posted in Dans les revues

Comments are closed.