larmee-russe-victorieuse-en-georgie

Par nos excellents confrères de RIA NOVOSTI.

05.08.2009

English version in second part

CHRONOLOGY OF EVENTS:

THE SOUTH OSSETIA CONFLICT OF AUGUST 2008

La situation dans la zone du conflit osséto-géorgien s’est détériorée brusquement dans la soirée du 1er août. Tskhinval et plusieurs autres localités ont subi des pilonnages massifs. Des tirs d’armes d’infanterie, de lance-roquettes et de mortiers se sont poursuivis durant plusieurs heures dans la zone de conflit. Ils ont fait les premières victimes et occasionné des destructions. L’Ossétie du Sud a procédé à l’évacuation de ses habitants vers l’Ossétie du Nord. Au cours de deux premiers jours qui ont suivi les pilonnages, 2.500 habitants ont quitté leurs foyers.

Le 2 août, après avoir rencontré les représentants de la mission des observateurs de l’OSCE, ainsi que le général Mamouka Kourachvili, qui assumait les fonctions de chef d’état-major des opérations de paix du ministère géorgien de la Défense, et le général Marat Koulakhmetov, qui commandait les Forces mixtes de maintien de la paix (FMMP), Temour Yakobachvili, ministre d’Etat géorgien de la Réintégration, a déclaré que les autorités géorgiennes ne voyaient pas d’alternative aux pourparlers directs entre Tbilissi et Tskhinval et qu’elles étaient disposées à négocier sans préalable. Les autorités géorgiennes prendront toutes les mesures nécessaires pour parvenir à un règlement politique de la situation, a déclaré Temour Yakobachvili.

Le 3 août, la Géorgie a continué à envoyer des troupes vers les frontières de l’Ossétie du Sud. Une colonne d’artillerie, constituée d’un groupe de canons d’artillerie D- 30 et de deux batteries de mortiers faisant partie de la quatrième brigade d’infanterie motorisée du ministère géorgien de la Défense, a quitté la base militaire de Gori en direction de Tskhinval.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que la menace d’actions militaires de grande envergure entre la Géorgie et l’Ossétie du Sud devenait de plus en plus réelle.

http://rian.ru/politics/20080803/150091128.html

Selon une information donnée par le commandant adjoint des Forces mixtes de maintien de la paix (FMMP), Vladimir Ivanov, le contingent de maintien de la paix est mis en état d’alerte renforcée, les postes des forces de paix renforcent leur contrôle, des postes d’observation supplémentaires sont installés.

http://rian.ru/society/20080803/150091991.html

Dans la nuit du 6 août, des avions à réaction ont survolé à six reprises la zone de conflit, du Sud (Gori) vers le Nord (Djava). La Géorgie a continué de concentrer, tout en les dissimulant, des systèmes d’artillerie et des systèmes de lance-roquettes multiples Grad à proximité immédiate des frontières de l’Ossétie du Sud. Des camions transportant des soldats, des véhicules blindés de combat d’infanterie (BMP), des rampes de lancement de lance-roquettes Grad et des canons d’artillerie ont fait mouvement de Koutaïssi vers Gori.

Au moment de lancer son opération militaire de grande envergure contre Tskhinval, la Géorgie disposait d’un groupement fort de quelque 12.000 hommes. Au total, près de 3 brigades d’infanterie, une brigade d’artillerie, un bataillon de chars et des unités d’élite des ministères de la Défense et de l’Intérieur de Géorgie ont été engagés dans l’attaque contre Tskhinval.

http://www.mid.ru/brp_4nsf/sps/3E52FF15ABEB5A08C32574C90026E89B

L’ambassadeur itinérant du ministère russe des Affaires étrangères, Iouri Popov, s’est rendu dans la région. Grâce à ses efforts, une rencontre à Tskhinval entre Temour Yakobachvili et le vice-premier ministre sud-ossète Boris Tchotchiev a été préparée, mais elle n’a pas eu lieu en raison des pilonnages de Tskhinval et d’autres localités qui ont repris le 7 août.

Le 7 août, la perspective d’une rencontre tripartite a été de nouveau débattue lors d’un entretien entre Iouri Popov et Temour Yakobachvili qui s’est tenu à Tbilissi. Après quoi les deux interlocuteurs ont gagné séparément l’Ossétie du Sud. Après avoir rencontré des habitants de villages géorgiens, Temour Yakobachvili est reparti pour Tbilissi, Iouri Popov est resté sur le lieu de stationnement de l’état-major unifié des soldats de la paix.

Pendant ce temps, la Géorgie a installé 27 rampes de lancement de roquettes Grad dans les environs de Gori. Une colonne de matériel de guerre a pris la direction de l’Ossétie du Sud. 20 camions transportant des soldats, 20 jeeps Toyota armées de mitrailleuses lourdes, trois véhicules blindés de combat d’infanterie et trois pièces d’artillerie ont quitté Koutaïssi pour Gori.

Dans l’après-midi, des pièces lourdes d’artillerie ont pilonné Tskhinval et ses environs, à partir des villages géorgiens de Nikozi et d’Ergneti. A 15h45, les observateurs géorgiens ont quitté l’emplacement de l’état-major unifié des soldats de la paix et les postes d’observation.

Le 7 août au soir, Temour Yakobachvili a déclaré que la Géorgie interrompait unilatéralement les tirs pour un certain temps dans la zone de conflit. Selon lui, la Géorgie voulait montrer ainsi aux autorités de Tskhinval “toute l’absurdité d’un conflit armé”. Temour Yakobachvili a indiqué qu’il souhaitait se rendre avec l’ambassadeur itinérant du ministère russe des Affaires étrangères, Iouri Popov, dans la zone de conflit pour tenter d’y mener des pourparlers.

A 19h40, Mikhaïl Saakachvili s’est adressé au peuple géorgien. Il a déclaré qu’il avait donné l’ordre le jeudi soir à toutes les unités armées géorgiennes de cesser d’effectuer des tirs en réponse dans la région de Tskhinval. “Je tiens à m’adresser à ceux qui tirent sur les policiers géorgiens. Je veux leur dire en toute responsabilité que j’ai pris il y a quelques heures une décision difficile, celle de ne pas répondre par les armes”, a souligné le président géorgien.

Le 7 août, à 22h35, soit trois heures après la déclaration de Mikhaïl Saakachvili, la Géorgie a déclenché une offensive contre l’Ossétie du Sud.

A 23h15, des combats et des pilonnages au lance-roquettes et au mortier ont commencé. Les tirs en salve des mortiers ont commencé à 23h45.

L’artillerie a grondé à partir de 00h20 le 8 août. A 01h20, sous le grondement de la canonnade, les troupes géorgiennes entraient dans la partie Est de Tskhinval.

Dans la nuit du 7 au 8 août, Mamouka Kourachvili, le commandant des opérations de paix de l’état-major unifié du ministère de la Défense de Géorgie, a déclaré à la chaîne de télévision Roustavi-2 que la Géorgie avait décidé de rétablir l’ordre constitutionnel dans la zone de conflit.

Au matin, l’aviation géorgienne a frappé l’Ossétie du Sud. Cinq avions d’assaut Su-25 ont largué des bombes dans la région de Tkverneti. Un convoi d’aide humanitaire en provenance d’Ossétie du Nord a également été bombardé.

Au matin, également, Temour Yakobachvili a déclaré : “Tskhinval est encerclé presque entièrement par les unités géorgiennes, mais nous ne voulons pas de destructions ni de victimes, c’est pourquoi nous proposons de nouveau aux leaders séparatistes d’engager des négociations directes sur le cessez-le-feu et la désescalade dans la zone de conflit”.

Les tirs effectués durant la nuit par les Géorgiens ont endommagé plusieurs bâtiments situés sur le territoire de l’état-major des soldats de la paix russes à Tskhinval. Le bâtiment du parlement de la République d’Ossétie du Sud a été réduit en cendres, le complexe des bâtiments gouvernementaux a été détruit, des immeubles d’habitation et d’autres édifices du centre de la ville étaient en flammes.

Une colonne de chars et des éléments d’infanterie faisaient mouvement vers Tskhinval.

Au milieu de la journée, malgré la résistance opposée par les unités sud-ossètes, les troupes géorgiennes ont pris le contrôle de Tskhinval et de huit villages sud-ossètes. Compte tenu de la menace directe pour la vie des ressortissants russes vivant en Ossétie du Sud, et conformément au droit à l’autodéfense, dans l’après-midi du 8 août, la Russie a envoyé en Ossétie du Sud des forces supplémentaires pour apporter un soutien aux soldats de la paix russes et défendre les civils.

A 15h00, le président de la Fédération de Russie a fait une déclaration à la télévision russe à propos de la situation en Ossétie du Sud. Dmitri Medvedev a notamment souligné que, conformément à la Constitution et à la législation fédérale, il devait, en tant que président de la Fédération de Russie, défendre la vie et la dignité des citoyens russes, où qu’ils se trouvent. Dans ces circonstances, la Fédération de Russie était tenue de lancer une opération pour contraindre la Géorgie à la paix et défendre les ressortissants russes se trouvant en Ossétie du Sud.

http://www.mid.ru/brp_4.nsf/sps/3E52FF15ABEB5A08C32574C90026E89B

Le 9 août, des unités supplémentaires de la 58e armée et des troupes aéroportées ont été introduites dans la zone de conflit.

http://www.mid.ru/brp_4.nsf/sps/3E52FF15ABEB5A08C32574C90026E89B

La Géorgie a déclaré que des avions russes avaient bombardé ses positions. Les troupes russes ont lancé des combats en direction de Zar, débloquant la route menant du Nord à Tskhinval.

http://rian.ru/analytics/20080808/150207027.html

A 16h00, heure de Moscou, appliquant la décision du Commandant en chef suprême des Forces armées de la Fédération de Russie et conformément à la Constitution, les navires de la Marine de guerre russe ont commencé à patrouiller dans les espaces maritimes situés le long de la côte de l’Abkhazie, près de la zone du conflit armé en Ossétie du Sud. Une note appropriée a été envoyée à la Géorgie.

http://rian.ru/defense_safety/20080810/150250938.html

Le général d’armée Vladimir Boldyrev, commandant en chef des troupes terrestres, a fait savoir aux journalistes que les bataillons et les groupes tactiques avaient entièrement libéré Tskhinval des forces armées géorgiennes et qu’ils étaient en train de chasser les unités géorgiennes de la zone de responsabilité des forces de paix.

Le président géorgien a convoqué une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité, au cours de laquelle il a annoncé qu’il avait signé un décret sur la loi martiale dans le pays. “La Géorgie, a-t-il dit, se trouve placée dans le contexte d’une agression russe”.

http://rian.ru/defense_safety/20080809/150226678.html

Le 10 août, le ministère géorgien des Affaires étrangères a transmis à l’ambassade russe une note annonçant que le président géorgien avait donné l’ordre de cesser, à compter du 10 août, à 05h00, les actions militaires et les tirs et indiquant que les forces armées géorgiennes se retiraient de la zone de conflit.

http://rian.ru/defense_safety/20080810/150248507.html

Le président géorgien a déclaré, dans une interview à la chaîne de télévision CNN, que les troupes géorgiennes s’étaient entièrement retirées de la zone de conflit.

http://rian.ru/defense_safety/20080810/150250743.html

Des navires russes qui patrouillaient le long du littoral de la république non reconnue d’Abkhazie ont été attaqués par quatre vedettes porte-engins géorgiens. Les navires russes ont effectué des tirs d’avertissement, puis un tir d’artillerie de barrage. Au cours d’un bref combat naval, un navire géorgien a été coulé. Trois autres sont repartis vers Poti.

http://rian.ru/defense_safety/20080810/150250938.html

Des corridors humanitaires ont été ouverts pour permettre aux réfugiés de sortir de l’Ossétie du Sud. Conformément à un accord intervenu entre les parties, il y avait deux corridors: celui du Nord (pour les réfugiés et les blessés ossètes), et celui du Sud (pour les réfugiés et les blessés géorgiens).

http://rian.ru/society/20080810/150247327.html

Le 11 août, le président russe Dmitri Medvedev a déclaré, lors d’une rencontre avec le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov, que la Russie avait achevé une partie considérable de l’opération visant à contraindre la Géorgie à la paix en Ossétie du Sud.

http://rian.ru/defense_safety/20080811/150261826.html

Les soldats de la paix et les militaires russes ont pris des mesures préventives dans la région de la ville géorgienne de Senaki, où se trouvait une base militaire, en vue de prévenir une nouvelle agression contre l’Ossétie du Sud.

http://www/rian.ru/osetia_news/20080811/150288255.html

La Russie et la Géorgie ont convenu de ne pas employer l’aviation dans la zone de conflit, a annoncé l’agence d’information Georgia News. Le commandant des forces de paix russes Sergueï Tchaban a précisé que cette entente ne valait pas pour la région de Tskhinval.

http://rian.ru/osetia_spravki/20080811/150272529.html

La France a proposé un plan de règlement du conflit osséto-géorgien. Ses principales dispositions prévoyaient un cessez-le-feu immédiat, l’octroi de soins aux blessés, ainsi que le retrait des troupes géorgiennes et russes de la zone de conflit.

http://rian.ru/osetia_spravki/20080811/150272529.html

Le 12 août, le Commandant en chef suprême des Forces armées russes, Dmitri Medvedev, a donné l’ordre de mettre un terme à l’opération visant à contraindre la Géorgie à la paix, ses objectifs ayant été atteints.

http://www.rian.ru/osetia/20080812/150302824.html

La Russie et la France ont concerté les six points du règlement du conflit en Géorgie (plan Medvedev-Sarkozy). Ils prévoyaient, entre autres, de ne pas recourir à la force, de cesser définitivement toutes les actions militaires, d’assurer le libre accès à l’aide humanitaire. Les forces armées géorgiennes devaient retourner sur les lieux de leur stationnement permanent. Les forces armées russes devaient  regagner la ligne d’avant le début des actions militaires. Cependant, avant la création des mécanismes internationaux, les forces de paix russes devaient prendre des mesures de sécurité supplémentaires. Le sixième point prévoyait le début de la discussion internationale des questions relatives au futur statut de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, ainsi que les moyens d’assurer leur sécurité.

Les autorités géorgiennes ont accepté de signer ce document, mais ont exclu du sixième point la référence au statut, tout en acceptant d’examiner les questions de sécurité.

http://www.rian.ru/defense_safety/20080815/150417871.html

Le 14 août, les dirigeants des républiques non reconnues d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud ont signé les principes du règlement.

http://www.rian.ru/defense_safety/20080815/150417871.html

Le 15 août, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a signé le plan Medvedev-Sarkozy.

http://www.rian.ru/osetia-news/20080815/150414613.html

Le 16 août, le plan de règlement du conflit en Géorgie a été signé par le président russe Dmitri Medvedev.

http://www.rian.ru/osetia_news/20080816/150424040.html

Selon les chiffres du ministère russe de la Défense, 18 militaires russes, dont un officier, 17 sergents et soldats ont été tués au cours du conflit. Le général Anatoli Nogovitsyne, chef adjoint de l’état-major général des Forces armées russes, a indiqué que 52 militaires, dont un général, deux officiers et 49 sergents et soldats ont été blessés. 14 militaires sont portés disparus.

D’après les données du ministère russe des Affaires étrangères, 1.600 habitants, environ, ont été tués lors des actions militaires. Plus de 30.000 réfugiés ont quitté l’Ossétie du Sud.

http://www.rian.ru/osetia/20080812/150302824.html

CHRONOLOGY OF EVENTS:

THE SOUTH OSSETIA CONFLICT OF AUGUST 2008

The situation in the Georgian-South Ossetian conflict zone rapidly deteriorated after Tskhinval and a number of other residential districts and villages in South Ossetia were attacked in the evening of August 1. Combat with the use of small arms, grenade launchers and mortars ensued in the conflict zone for several hours. It resulted in the first human losses and substantial destruction. South Ossetia began evacuating its citizens to North Ossetia. In the first two days after the shelling, 2,500 residents left their homes.

On August 2, South Ossetia was visited by the Georgian Minister for Reintegration Temur Yakobashvili. After meeting with representatives of the OSCE mission of observers, Commander of Georgia’s Defense Ministry Joint Headquarters of Peacekeeping Operations Mamuka Kurashvili and Commander of the Joint Peacekeeping Force (JPF) General Marat Kulakhmetov, he said that the Georgian authorities did not see an alternative to direct negotiations between Tbilisi and Tskhinval, and expressed readiness for holding talks without any preconditions. Yakobashvili said that Tbilisi will do all it can for reaching political settlement.

On August 3, Georgia continued to concentrate its troops along the border with South Ossetia. An artillery column consisting of one division of D-30 artillery units and two mortar batteries, which are part of the fourth mechanized infantry brigade of the Georgian Defense Ministry, came forward in the direction of Tskhinval from its military base in Gori.

The Russian Foreign Ministry announced that the threat of large-scale hostilities between Georgia and South Ossetia was becoming increasingly real.

According to the JPF Assistant Commander Vladimir Ivanov, the peacekeeping contingent had been put on high alert, surveillance at the peacekeeping forces’ check points had been intensified, and more observation posts had been set up.

In the early hours of August 6, eight jet aircraft flew over the conflict zone from the south (the town of Gori) to the north (the settlement of Dzhava). Georgia continued secretly concentrating artillery systems and Grad multiple rocket launchers in the direct vicinity of the South Ossetian borders. Army trucks with soldiers, APCs [armored personnel carriers], multiple launch rocket systems, and artillery weapons started moving from Kutaisi in the direction of Gori.

As a result, by the beginning of a large-scale military operation against Tskhinval, Georgia had concentrated an invading force consisting of up to 12,000 men. In total, Georgia had up to three infantry brigades, an artillery brigade, a separate tank battalion, and special purpose units of its defense and interior ministries.

Russian Foreign Ministry Special Envoy Yury Popov flew to the region. He prepared the ground for a meeting in Tskhinval between Yakobashvili and South Ossetian Deputy Prime Minister Boris Chochiyev. However, this meeting did not take place because of the resumed shelling of Tskhinval and other cities and villages on August 7.

At their meeting on August 7, Popov and Yakobashvili again discussed the prospect of a trilateral meeting. Later on, they separately went to South Ossetia. After meeting with the residents of Georgian villages, Yakobashvili returned to Tbilisi, while Popov remained at the Joint Headquarters of Peacekeepers.

In the meantime, Georgia deployed 27 Grad multiple-launch rocket systems near Gori. A column of military equipment passed in the direction of South Ossetia. Twenty trucks with soldiers, 20 Toyota jeeps with vans armed with mounted machine guns, three APCs, three multiple launchers, and three artillery weapons, moved from Kutaisi to Gori.

In the latter half of the day, Tskhinval and its suburbs were shelled by large caliber artillery weapons from the Georgian villages of Nikozi and Ergneti.

At 3.45 p.m., Georgian military observers left the Joint Headquarters of Peacekeepers and observation posts.

In the evening on the same day, Yakobshvili announced Georgia’s decision to unilaterally suspend fire in the conflict zone. He said that Georgia wanted to show to the Tskhival authorities the “lack of any point in the military confrontation.” He declared his intention to go to the conflict zone together with Russia’s Foreign Ministry Special Envoy Popov, and to try and sit at the negotiating table.

At 7.40 p.m. President Mikheil Saakashvili addressed his compatriots. He said that in the evening on Thursday he ordered all Georgian armed formations in the region not to return fire in the conflict region in Tskhinval. “I would like to address those who are now firing at Georgian policemen. I would like to say with full responsibility that several hours ago I made a very difficult decision - not to return the fire,” he emphasized.

At 10.35 p.m., that is, three hours after this statement, Georgia launched an offensive operation against South Ossetia.

Clashes and shelling by grenade launchers and mortars started at 11.15 p.m., and salvo mortar fire began half an hour later.

Cannon artillery joined at 0.20 a.m. on August 8. Starting at 1.20 a.m., Georgian troops started moving to the eastern part of Tskhinval against the background of artillery cannonade.

On the night of August 8, Commander of Georgia’s Defense Ministry Joint Headquarters of Peacekeeping Operations Mamuka Kurashvili told television company Rustavi-2, that Georgia decided to restore the constitutional order in the conflict zone.

In the morning, Georgian aviation bombed South Ossetia. Five Su-25 assault aircraft bombed the Tkverneti region. A column with humanitarian relief from North Ossetia was also bombed.

Also in the morning, Yakobashvili declared: “Tskhinval has almost been encircled by Georgian units but we do not want destruction and human losses, and thus again invite the separatist leaders to start direct talks on ceasefire and relaxation of tensions in the conflict zone.”

Georgian shelling at night damaged a number of buildings on the territory of the headquarters of the Russian peacekeepers in Tskhinval. The building of South Ossetian parliament was burned down, a complex of government buildings was destroyed, and multi-storey apartment and other buildings were burning downtown.

A column of Georgian tanks and infantry moved in the direction of Tskhinval. Despite resistance of South Ossetian troops, by the middle of the day the Georgian forces established control over Tskhinval and eight villages in South Ossetia.

The persisting direct threat to the lives of Russian citizens in South Ossetia compelled Russia to resort to its right to self-defense, and send additional forces for supporting Russian peacekeepers, as well as protecting civilians in the afternoon of August 8.

At 3 p.m. Russian President Dmitry Medvedev made a statement on the situation in South Ossetia on Russian television. He emphasized, in part, that in line with the Constitution and federal legislation he is obliged as Russia’s president to defend the lives and dignity of Russian citizens regardless of their place of residence. Under the circumstances, Russia had to launch an operation to enforce Georgia to peace, and protect its citizens in South Ossetia.

On August 9, additional units of the 58th army and airborne troops were brought into the conflict zone. Georgia reported about the bombing of its positions by Russian aircraft. Russian troops went into action in the direction of the village of Zara to unblock the road leading to Tskhinval from the north.

At 4 p.m. Moscow time, at the decision of the Supreme Commander of the Russian Armed Forces and in line with Russia’s Constitution, ships of the Russian Navy began patrolling the sea off Abkhazia’s coast.

Commander of the Ground Troops Army General Vladimir Boldyrev told journalists that battalions and tactical groups had completely liberated Tskhinval from Georgian troops, and started squeezing out Georgian units outside the zone of responsibility of peacekeepers.

The Georgian president convened an emergency meeting of the Security Council to declare that he had signed a decree on introducing martial law in the country. He said: “Georgia has been subject to Russia’s aggression.”

On August 10, Georgia’s Foreign Ministry forwarded a note to the Russian embassy whereby the Georgian president announced his order to cease hostilities and fire starting 5 a.m. on August 10, and his decision to withdraw Georgian troops from the conflict zone.

In an interview with CNN, Saakashvili declared that Georgian troops had been fully withdrawn from the conflict zone.

Russian warships patrolling the coast of unrecognized Republic of Abkhazia were attacked by four Georgian guided missile boats. They responded with precautionary shooting, and later on followed with artillery barrage. As a result of quick naval combat, one boat was sunk, and three others retreated towards Poti.

Humanitarian corridors for the withdrawal of refugees from South Ossetia were opened. By agreement of the sides, two corridors are in service: the northern one (for Ossetian refugees and wounded) and southern (for Georgians).

On August 11, President Dmitry Medvedev said during his meeting with Defense Minister Anatoly Serdyukov that Russia had largely completed its peace enforcement operation regarding Georgia in South Ossetia.

Russian peacekeepers and military conducted preventive measures in the area of the Georgian town of Senaki, where a military base is located, in order to prevent another aggression against South Ossetia.

The Novosti-Gruziya news agency reported that Russia and Georgia decided not to use aviation forces in the conflict zone. Commander of Russian Peacekeepers noted that this agreement did not extend to the Tskhinval region.

France presented a plan for the settlement of the conflict between Georgia and South Ossetia. Its main provisions were immediate ceasefire, medical aid to the wounded, and withdrawal of Georgian and Russian troops from the conflict zone.

On August 12, Russian President Dmitry Medvedev issued an order on completing the peace enforcement operation, which had achieved its goal.

Russia and France came to terms on six principles of settlement of the conflict in Georgia (the Medvedev-Sarkozy plan), including non-use of force, final cessation of all hostilities, and free access to humanitarian aid. Georgia was obliged to bring its troops to the site of their permanent deployment, while Russia was to return its troops to the line they occupied before the hostilities. Under the plan, Russian peacekeepers were to take additional security measures before the formation of relevant international mechanisms. The sixth principle dealt with the start of the international discussion of the future status of South Ossetia and Abkhazia, and ways of ensuring their security.

The Georgian authorities agreed to sign the document, but deleted the mention of the status from the sixth principle, having offered to discuss security issues alone.

On August 14, the leaders of the unrecognized republics of Abkhazia and South Ossetia signed the principles of settlement.

On August 15, Georgian President Mikheil Saakashvili signed the Medvedev-Sarkozy plan.

On August 16, Russian President Dmitry Medvedev signed the plan.

According to the Russian Defense Ministry, 18 Russian servicemen, including one officer, 17 sergeants and soldiers were killed in action during the conflict. Deputy Chief of Staff of the Russian Armed Forces Col.-Gen. Anatoly Nogovitsyn announced that 52 servicemen were wounded, including one general, two officers, and 49 sergeants and soldiers. Fourteen servicemen were reported missing.

According to the Russian Foreign Ministry, about 1,600 residents were killed as a result of hostilities in South Ossetia, and more than 30,000 refugees fled the republic.

Comments are closed.